La face cachée des profs!

La vie d'une prof dans un collège difficile

09 février 2010

Wanted

ON RECHERCHE

Une personne détenant une licence, n'importe laquelle

Maths, marketing, histoire, épluchure de patates...

Pour remplacer prof de français en congé maternité

5 classes, 3 niveaux

Inutile d'avoir une quelconque expérience dans l'enseignement

Doit pouvoir commencer dans les 3 jours.

Hé oui, ça y est, me voilà officiellement en congé de poule pondeuse. Ceci dit,  je m'imaginais naïvement que je serais sitôt, ou presque, remplacée par un professeur remplaçant. Notez bien ces deux termes: professeur, sous-entendu une personne dont enseigner est le métier, et remplaçant, qui remplace un autre professeur absent.  Mais non, mais non, notre Sainte Mère l'Education Nationale ne fait jamais rien comme tout le monde.

Figurez-vous que les remplaçants, ça n'existe plus. Il en reste bien quelques uns, mais comme l'Ourse Cannelle en son temps, ils disparaissent dans des conditions mystérieuses. Non, les remplaçants maintenant, on les cherche dans les facs, les ANPE. Tant qu'ils ont une licence, pas de souci, ils peuvent enseigner n'importe quoi.

Aussi, il y a eu pour me remplacer un très compétent licencié en marketing et une charmante étudiante en histoire. Ils n'ont pas été embauchés par la seule grâce de mon chef qui pense qu'une licence de lettres serait quand même plus utile. Du coup, la semaine dernière, coup de fil désespéré de mon remplaçant: un doctorant de lettres, aucune expérience d'enseignement à des personnes ayant moins que bac+4, qui a appris le mardi qu'il commençait le jeudi...

"Où puis-je trouver un abrégé des programmes que je puisse lire en 24 heures?"

" Si je commence le premier cours par une vision historique du complément du nom des origines à nos jours, ça ira?"

" Ah, il faut encore faire de la conjugaison en 5ème? Avec une vision diachronique ou synchronique? Et la morphologie aussi?"

Mon. Dieu. Ce type est sans conteste gentil, veut bien faire, et il en sait sans problèmes bien plus que moi sur plein de choses. Mais ce n'est pas un prof. C'est un thèsard en letres. De quoi provoquer des frissons à quiconque en a déjà vu un sans sa vie. Le genre de type dont les pieds n'ont plus touché terre depuis des années.

La question que je me pose aussi est: que valent encore mes diplômes? J'ai une maîtrise de lettres, un capes, plus une année de formation pour être prof, sans compter tous les stages et formations que je continue de mener pour m'améliorer constamment. Et je peux être remplacée, comme ça, au pied levé, par des gens qui soit n'ont pas la moindre compétence en lettres, soit par des gens ultra compétents mais pas formés le moins du monde? C'est comme si maintenant je commençais après demain comme instit en maternelle ou prof de marketing. Pourquoi donc me suis-je cassé la tête à passer des diplômes en rapport avec mon métier?

Parents, vous n'imaginez même pas le genre de personnes qui font cours à vos enfants, parfois.

Posté par sifi à 10:46 - Permalien [#]