La face cachée des profs!

La vie d'une prof dans un collège difficile

09 septembre 2009

Fort Boyard

Il faut le savoir, je suis affectée d'un gêne en moins. Il me manque un truc qui me permette de m'orienter dans l'espace du premier coup. Ou alors, d'autres encore diront que non, c'est un gêne en plus, appelé "gêne Pierre Richard" ou "gêne de la loose", c'est selon.

Par conséquent, mon collège tout neuf, tout beau, clair et sympa, s'est rapidement transformé en une sorte de Fort Boyard dans lequel le sympathique Père Fouras serait tout bêtement parti à la retraite.

Il faut savoir que le collège est formé de deux bâtiments en V, relié entre eux par deux escaliers et un patio. Ces deux bâtiments s'appellent A et B, que c'est original, et vous verrez que ce n'est pas anodin. Là où ça se corse, c'est qu'ils sont totalement identiques. Murs en bois, portes jaunes, casiers en bois, murs en bois, portes jaunes, etc...

Ma salle de classe, objectif à atteindre pour accéder au coffret sacré rempli des boyards du savoir, est soigneusement cachée derrière la porte A12. Ma mission? Trouver la bonne classe (respectivement 5ème, 4ème ou 3ème ABCDE) et la conduire à la bonne salle (A12, donc), à la bonne heure de cours (respectivement M1, 2, 3 ou 4 ou bien S 1234).

Vous me voyez venir?

Première épreuve du jour: trouver 4B en M1 et l'enmmener en A12. Il faut d'abord, dans des bâtiments identiques, trouver l'endroit où l'on cherche des élèves. Pas de souci jusque là, on suit Passe-partout (la collègue de maths). Oui, mais Passe-partout a cours en M1 avec les 5C en B7. Donc, fin du binôme. Je dois trouver là où sont garés les 4B sur leur emplacement spécial. Comme on ne se connaît pas, je dois lire les marques sous leurs pieds. Manque de bol ils marchent dessus.

Ouf, trouvés. maintenant, suivre la foule jusqu'au premier. M'arrêter devant une salle, fière de moi. La clé est toute proche, pas si dur finalement. Euh... mais c'est là que Passe-temps (collègue d'histoire) me regarde l'air incrédule et me demande "toi aussi tu as cours en B12?" Raté. Essaie encore.

Autre aventure, autre mission. Mener les 5 E en A12 à S3. Ah oui, mais mince, pas d'emplacement réservé aux 5E, les lettres vont jusqu'à D. Mais bon, une troupe me regarde d'un air avenant. Je leur fais signe très vaguement (au cas où je me tromperais, ils sont garés sur les 5D) de me suivre. Je marche dans la foule. Je trouve la salle A12 (j'ai répété avant). Je me retourne... personne. Ah. Essaie encore.

Retour par quelques détours dans la cour. Personne, sauf un surveillant. Je demande. Il se marre. Les 5E, comme il n'ont pas d'emplacement, sont garés en temps normal chez les 3E puisqu'il n'y a que 4 troisièmes. Mais comme personne ne venait, le CPE les a garés devant son bureau, que Passe-Muraille consent à me montrer. Bredouiller une excuse. Récupérer la clé   la classe. Retrouver la salle. Ouf. Mais 15 minutes sont passées, clepsydre vide.

Et là je ne vous parle même pas de la photocopieuse qui fait une feuille en format paysage quand on lui en a demandé 4 en format portrait.

Je vous épargne aussi le fait que j'ai 132 élèves contre environ 80 les autres années et qu'ils s'appellent tous Thibaut, Paul ou Marie et Léa. Bien sûr, ils voudraient tous que je trouve leur prénom du premier coup. 

Pour l'instant, je n'arrive pas à les gagner, ces fichus boyards.

Posté par sifi à 17:17 - Permalien [#]