La face cachée des profs!

La vie d'une prof dans un collège difficile

01 avril 2009

Poisson d'avril

Lorsque j'étais moi-même collégienne, j'avais une prof de français particulièrement chouette. Elle avait, c'est vrai, un physique un peu particulier, et un défaut d'élocution qui faisaient que beaucoup se moquaient d'elle. Mais cette femme a réellement compté pour moi, et, si elle n'est pas à l'origine de ma vocation, elle y a largement contribué. L'une de ses spécialités était, pour le premier avril, de nous mitonner un petit poisson d'avril tel qu'à chaque fois on se faisait avoir (et je l'ai pourtant eue pendant 3 ans).  Tout comme elle acceptait de bonne grâce la dizaine de poissons qui lui pendaient dans le dos, et les élèves hilares qui s'imaginaient qu'elle n'avait rien remarqué.

Aussi, en souvenir d'elle, comme pour moi elle était l'archétype de la prof chouette, ferme mais compréhensive, sérieuse mais aussi très drôle, je concocte tous les ans un petit poisson d'avril à mes élèves, lesquels n'y voient en général que du feu.

L'un de mes coups préférés concerne les troisièmes. Dès l'entrée en classe, je leur annonce l'air très sérieux, même un peu de mauvaise humeur, que je compte leur donner un devoir à la maison pour la semaine suivante, dont voici le sujet: "Peut-on dire, au regard du choc épistémologique qu'a causé la découverte de la psychanalyse, que l'autobiographie est une forme de thérapie?" Ou encore "Au regard de la Poétique d'Aristote, peut-on dire que la poésie romantique est une hérésie littéraire?". Je laisse mes bons élèves se liquéfier sur place, être envahis par le stress, poser des questions auxquelles je réponds "mais tous les élèves de troisièmes doivent savoir faire ce type d'exercices!". Je les laisse mariner toute l'heure comme ça, généralement le cours se déroule dans un silence de mort, mis à part que j'ai vraiment beaucoup de mal à garder mon sérieux. Et à la fin de l'heure, je leur fais ressortir leur carnet de devoirs sous prétexte d'apporter quelques précisions au sujet et j'écris en dessous "poisson d'avril!!".

Oui je les traumatise et j'aime ça. Notons tout de même que pour le cancre, ce sujet ou un autre, pas vraiment de différence, donc ils ne s'affolent pas.

Donc, comme je n'ai pas de troisièmes cette année, il fallait un scénario sympa pour mes sixièmes, en plus c'était ma classe de pipelettes qui compte une bonne douzaine d'angoissés. Notons au passage que les angoissés sont en général ceux qui n'ont pas besoin de l'être, et ceux qui mériteraient de s'angoisser un peu de temps en temps sont le plus souvent très zen...

Je suis donc arrivée ce matin, le plus sérieusement du monde, pour leur annoncer que, comme ils l'avaient certainement vu aux informations la veille, le gouvernement lance une grande expérience dans les quartiers difficiles. Il s'agit de cacher une caméra dans certaines classes afin de filmer le comportement des élèves pour une étude menée au ministère. De plus, la vidéo serait diffusée aux parents pour qu'ils se rendent compte de l'attitude de leurs enfants. Je les ai informés que leur classe avait été tirée au sort et qu'ils étaient donc filmés par une caméra dissimulée dans la salle (pour éviter qu'ils ne la regardent)...

C'était hilarant de voir leurs réactions... Il y avait les terrifiés, ceux qui s'en fichaient (cf ma remarque précédente...). Il y avait les gros menteurs qui affirmaient en avoir entendu parler la veille à la télévision. Enfin, il y avait les sceptiques, qui me regardaient avec un sourire en coin pendant un instant, mais qui l'instant d'après fouillaient la salle du regard à la recherche de la fameuse caméra. Jouissif.

A la fin de l'heure, je leur ai demandé s'ils voulaient savoir où était la caméra, et je leur ai dessiné le célèbre poisson au tableau. Grands éclats de rire. Bien sûr, ils avaient touuuus deviné,  aucun ne s'était laissé prendre. Ben voyons.

J'ai envoyé ensuite, comme chaque année, un petit clin d'oeil mental à ma prof de français qui coule une retraite heureuse sans se douter qu'elle a créé une disciple.

Posté par sifi à 12:46 - Permalien [#]