La face cachée des profs!

La vie d'une prof dans un collège difficile

30 janvier 2009

Les habitudes...

Contrairement à ce que l'on pense habituellement de nos élèves, des djeuns dans le vent, qui s'adaptent sans problèmes aux changements de la modernité, ils sont en fait très très conservateurs. Ouh là, n'allez pas leur dire, quelle horreur!! Mais nous avons tous pu constater, nous, membre du corps éducatif, à quel point tout changement, toute nouveauté, peut être totalement destabilisant pour eux. Habillés pareils, ils écoutent la même musique, ils ont les mêmes opinions et toute tentative pour leur montrer autre chose est naze. Forcément. Il est impossible de leur faire apprécier quelque chose qui ne se trouve pas dans leur norme.

Les opinions de l'ado se résument très (trop?) souvent à quelques notions simples: le Respect "wesh j'lui ai mis mon poing parce qu'il m'a pas respecté". Notons que c'est eux qu'il faut respecter, et rarement autre chose. Le monde est divisé entre les bourges (nous), les gens cool (eux, eminem, les pussycat dolls et les nrj music awards) et les sdf (race à part un peu spéciale, inclassable, mais qui fait beaucoup rire). Pour les sixièmes, il y a les gentils et les méchants. L'ado sait que le prof  doit nécessairement être un peu ringard et dépassé, et qu'il doit corriger les copies de la veille pour le lendemain. Moins drôle, ils sont tous raisonnablement homophobes ( la phrase "ce personnage est plutôt gai" déclenche inévitablement un mélange d'hilarité et de cris d'horreur), racistes (rhaaaa je ne m'assois pas à côté d'un turc, chuis algérien madame!), et antisémites. Et c'est très dur de leur sortir ce genre de choses du crâne, des heures et des heures de débat sont parfois nécessaires.

C'est pourquoi le moindre changement dans leur univers bien cloisonné est un véritable séisme intergalactique. Oui, le prof peut dire des gros mots. Je ne le cache pas, ça m'arrive, dans un moment d'extrême lassitude, de sortir un "vous me faites chier" au lieu de mon habituel "vous me cassez les pieds". Là généralement j'ai droit aux cris d'horreur, aux regards ahuris, aux "madame vous n'avez pas le droit"! à quoi je leur réponds "et je peux même dire crotte si je veux", ce qui dédramatise l'événement...

Tous les profs craignent le changement, à leur tour. Venir en jupe alors que vous portez le jean le plus souvent? Changer de coupe de cheveux? Vous pouvez vous attendre à un cataclysme d'envergure! Il vous faudra un bon quart d'heure pour calmer les commentaires et les remarques du type "ça vous va bien! vous étiez chez quel coiffeur? et votre mari il en dit quoi? ah mais je ne savaîs pas que vous étiez mariée! Il s'appelle comment votre mari?"...etc etc...

Les élèves découvrent par la même occasion que le prof n'est pas la créature virtuelle qu'ils imaginaient. Non, chers petits, nous ne vivons pas au collège. Aussi quand on me demande le matin à 8 heures si j'ai corrigé les contrôles effectuée la veille de 16h à 17h et que je réponds "la nuit, je dors", j'ai systématiquement droit à l'étonnement, que dis-je, à l'ahurissement de mes sixièmes qui réalisent à cette occasion un fait totalement nouveau...

Aussi, lorsque la semaine dernière je suis venue pour la première fois en cinq ans avec des lunettes sur le nez (pour cause d'examen ophtalmique, tout simplement) le monde s'est effondré autour de mes petits. Au point qu'une délégation d'entre eux, dirigée par mon inénarrable Tom, est venue frapper à la porte de la salle des profs pendant la récréation pour demander "si c'est vrai que Mme Sifi a des lunettes".

Où va le monde si les profs commencent à changer de look, moi j'vous le dis! 

Posté par sifi à 19:23 - Permalien [#]