La face cachée des profs!

La vie d'une prof dans un collège difficile

07 octobre 2008

Des jours comme ça...

Il y a des jours... des jours où quand le réveil sonne, vous ne savez pas pourquoi, vous sentez que ce n'est pas votre jour. Qu'il aurait mieux fait de se mettre en grève, le réveil. Ou même de mourir, tiens.

Parce que ces jours-là, lorsque vous entr'ouvrez péniblement votre paupière droite, votre paupière gauche, que vous accédez lentement à la conscience, vous sentez une démangeaison caractéristique au fond de votre gorge. Ah. Vous déglutissez une fois, deux fois, et la démangeaison se transforme d'un coup en brûlure. Vous dites bonjour à votre mari d'une voix de vieux fumeur, vous qui n'avez (presque) jamais consommé de cigarettes. Votre titefille de 13 kilos semble soudain peser le double.

Pourtant, vous vous rendez au travail, la fleur au fusil, prête à faire cours, votre voix racommodée comme faire se peut à grand coups de tisane et de pastilles périmées grattées au fond du placard (ou même décollées de l'étagère...). En salle des profs, une fois de plus, le chauffage ne fonctionne pas, les derniers n'ont pas lavé leurs tasses et ça sent le café froid (vous avez horreur du café, et froid c'est pire).

Vous entamez votre cours, en priant Sainte Vocifère que votre voix tienne le coup. C'est là, bonheur, miracle, réveil maudit, que la perceuse commence son festival... sur le mur extérieur de votre classe, soit à environ 15 cm de vous. C'est là aussi que les charmants ouvriers, perchés sur les échafaudages, font des gouzis gouzis à vos élèves qui n'en demandaient pas tant, ils trouvaient déjà si  amusant de voir des gens assis plus haut que leur tête, et voila-t-y pas qu'ils font les clowns... et vous ne pouvez pas leur fermer le volet sur la tronche, il est bloqué...

Ce qu'il y a de sympa avec la perceuse, c'est que même en hurlant, en admettant que vous puissiez hurler, vous n'entendez pas ce que disent vos élèves qui n'entendent pas non plus ce que vous braillez de votre filet de voix de plus en plus fin... D'ailleurs, vous aviez prévu de faire de l'oral, c'est ballot, hein!

Lorsque vous goûter un repos bien mérité en salle des profs, vous constatez que contrairement à ce que vous pensiez  vous n'êtes pas devenue sourde, puisque vous entendez les deux collègues qui ne peuvent pas se supporter s'insulter mutuellement, faisant profiter tout le monde de leurs différends...

Bien sûr, last but not least, votre chère Salopa vous prouve une fois de plus qu'elle mérite bien son prénom en omettant de vous prévenir qu'une réunion hyper importante a lieu dans le bureau du principal... vous vous pointez échevelée, essoufflée, sans voix, sans préparation, dans le bureau susmentionné...

C'est juste pour ça que ce soir vous avez un poignard chauffé à blanc dans votre gorge et que vous êtes furieusement en train de penser que demain, votre réveil risque fort de se mettre en grève, sous peine d'être massacré à coup de raquette de tennis...

Posté par sifi à 20:07 - Permalien [#]