La face cachée des profs!

La vie d'une prof dans un collège difficile

03 mai 2008

Rencontres du troisième type

De manière générale, les rencontres entre professeurs et élèves se cantonnent à quelques lieux bien délimités, assurant à chacun une sécurité affective certaine. Ainsi, être dans la même salle de classe est tout à fait normal, sauf pour certains. De la même manière, se croiser dans les couloirs ou tailler le bout de gras dans la cours de récréation font partie du schéma établi.

Pourtant, certaines révélations, par lesquelles nous passons tous bien malgré nous, se chargent de modifier notre façon de voir les choses...

LE PROF A UNE VIE EN DEHORS DE L'ECOLE

Qui n'est jamais passé par cette étrange révélation? Pour ma part le traumatisme remonte au lycée... combien de fois ai-je dévié ma trajectoire pour éviter mon professeur d'anglais en train de promener tranquillement son teckel? Des retrouvailles  extra-scolaires étaient pour moi à peu près aussi impossibles qu'un meeting amoureux entre le petit Prince et ET.  La rencontre qui m' a définitivement fait changer était celle de mon professeur d'espagnol en train d'acheter tranquillement des carottes au supermarché. Pour vous dire à quel point j'ai été marquée, je me rappelle encore  qu'il s'agissait de carottes plus de dix ans après. Pas des oignons ou des salsifis, non, des carottes. D'ailleurs il s'est senti obligé de m'apprendre que carotte en espagnol se dit zanahoria, mot dont je me souviens toujours et qui pourtant m'a été très utile dans ma carrière de prof de français...

Pourtant, ce que peu de gens savent, c'est que le problème se pose aussi en sens inverse. Le prof n'aime pas particulièrement rencontrer l'élève en dehors des lieux où il se sent tout puissant. Il ne rêve que de protéger son intimité, d'avoir un terrain de liberté dans lequel il n'est pas obligé de jouer le rôle de la terreur du mâchouilleur de chewing-gum et mâchouiller lui aussi tranquillement son chewing-gum la bouche ouverte en faisant des bulles...

Passons outre les lieux dans lesquels le professeur de français se sent chez lui... les librairies, les disquaires, les magasins de bédé... l'élève croisé est en général apeuré, surtout si le prof d'humeur sadique se prend de lui faire la conversation devant ses copains..."alors, Clotaire, on cherche un livre? ...je peux t'aider, hein, Clotaire, c'est bieeeen de lire!" (hin hin hin je te colle la honte, tu me fais suer en classe, hein!).

Il y a aussi les rencontres rigolotes, comme par exemple en ville, dans la rue, un jour de soldes... j'ai une fois croisé comme ça un troupeau de mes garçons, tout contents de me voir, qui m'ont littéralement assaillie pour me montrer leurs achats, savoir quels étaient les miens, tenter de reporter le prochain devoir, m'inviter à boire une bière (sic)... C'est plutôt sympa, mais là où c'est franchement hilarant c'est de voir la tronche de gens qui nous croisent. Imaginez, une jeune femme plutôt normale assaillie par de jeunes black-blancs-beurs, de ceux que le retraité moyen fuit en général, casquette MBA, pantalon sur les rotules, caleçon apparent, chaines en or et converses... Beaucoup croient à l'agression et fuient la queue entre les jambes, d'autres s'approchent l'air de rien pour trouver de quoi peuvent bien parler des gens aussi différents...

Non, le véritable traumatisme, le cataclysme, là où les relations profs élèves s'en prennent un coup dans les deux sens, la rencontre que chacun fuit à la vitesse d'un OVNI qui aurait un missile américain aux fesses, c'est... la rencontre au supermarché!

Je ne sais pas pourquoi, mais je n'habite pas le quartier dans lequel  je travaille...les occasions de se rencontrer sont donc rarissimes... mais je ne sais pas pourquoi, même s'il y a une chance sur un million pour qu'une telle chose se produise, on rencontre systématiquement le concierge de service et, enfer et damnation, on a systématiquement des tampons hygiéniques ou du papier cul dans le caddy...  (ne parlons même pas de la pommade pour érythème fessier que je trimballe régulièrement pour Titefille...)...impossible de le rater!

Et bien sûr, le destin ne se loupe pas, le lendemain en classe un élève que vous n'avez pas rencontré vous demande, le sourire en coin "alors, madame, vous avez été au supermarché, hier?"... et bien sûr, inévitablement, toute la classe saura que vous aviez les objets susmentionnés dans votre caddy...

Posté par sifi à 22:23 - Permalien [#]