La face cachée des profs!

La vie d'une prof dans un collège difficile

14 février 2008

Perles...

Hé oui, voici le moment que vous attendez tous avec impatience, j'entends d'ici vous cris de joie en ouvrant le blog... comme la période de vendanges pleine de promesses, voici venue la période de correction des brevets blancs, prometteuse quant à elle de quelques échecs cuisants lors du Brevet... aussi, sur les 16 copies que j'ai corrigées (pas celles de mes élèves, hein, les miens ont fait mieux... j'espère), j'ai mis 2 fois la moyenne.

Passons donc, ô lecteur impatient, aux perles tant attendues... Le sujet de rédaction était le suivant:

Vous aussi, vous avez éprouvé un jour une immense frayeur. Relatez votre souvenir en employant les temps du récit et a première personne du singulier. Vous décrirez la scène, en insistant sur son aspect dramatique, ainsi que sur votre état d'esprit.

Je vous vois déjà sourire, ô lecteur...

Il y a différentes réponses possibles à ce sujet.

- la version "super crédible": "C'était un jour ou il faisait beau et chaud, moi j'étais parti voir une maison hanter où il y avait des toiles d'araignés, des tas de poussières... Cela faisait longtemps que cette maison est hanté ce fait déja 60 ans. (c'est clair qu'une si ancienne maison hanté(e) ça craint, hein)[...] Des gens autour n'avait pas l'air très commode, les six personne c'étaient rapprochér de moi en me tenant les pieds et mains fort. J'avais tellement angoissé que je gigotais. Ils me posairent sur une table. Homme et femme hauta leur masque et n'avait pas de visage. (bouh) [...] A chaque fois que je vais dans une maison hanté je retrouve tout les mauvais moment que j'ai du passé dans la maison hanté dans le noir m'avait vraiment fait peur. (en même temps moi à sa place j'irai pas)

-Y'a la version "j'ai été enlevé par ma voisine qui déteste mes parents, cette s*lope": kidnapping, vol de journal intime, des trucs super cruels, j'avoue, pas envie de recopier la rédac.

- La version mes parents ont de l'humour: "Quand je rentrais de l'école, je vit les pompiers devant ma maison, puis je m'inquiétais et je voulais savoir ce qu'il c'était passer, donc je partis chez l'épicier, qui était en face de chez moi, il me dit "Je ne sais pas, mais je pense qu'il y a le feu chez toi. Alors je commençais à pleurer car toute ma famille était à la maison. [...] (Elle va voir les pompiers qui lui disent: ) -Tes parents sont dans la camionnette va les rejoindre, ils sont juste un peu traumatisés, c'étais un nid d'abeilles sous le toit, je pense qu'on t'a fait une surprise. Je courus vers la camionnette et je les vis. Je rentris dans le véhicule et je crie: -Vous êtes là? - Surprise!!! Ils m'expliquent qu'ils ont demandé au voisin de mentir pour me faire une surprise. " (mes parents me font ce coup-là j'vous jure que je les mets dans le feu moi-même, hein!)

-La version l'horloge n'est pas mon amie:   Cela se passa un matin d'été, il faisait si chaud que je deva prendre l'air un moment. Dehors le ciel fut remplis d'étoiles scintillantes dans sont éclat bleu marine. Il faisait encore nuit. Ce soir-là je me promenais tranquilement dans la pénombre quand soudain un chien surgit devant moi.

- Le fan de foot:  qui passe 28 lignes à décrire son club de foot, ses coéquipiers, ses victoires (curieusement aucune défaite) et qui se souvient du sujet dans les deux dernières lignes. Si c'est pas de la passion, ça!

- Le primo-arrivant:  Il est en France depuis deux mois mais a la même note que le mec né en France de parents français... ou alors il aligne une suite de mots que personne ne comprend, dans ce cas je ne note pas la copie.

Ce qui fait peur à nos ados? Outre les maisons hantées, les voisins indélicats ou les parents débiles, il y a beaucoup de chiens, un jeune homme qui nous raconte en détail son vomi au milieu d'une rue (je vous ai épargné le récit), quelques bêtises d'adolescents. Je craignais un peu les histoires vraies du type suicide de mon père mais non, c'était pas pour moi cette année....

Vivement le prochain brevet blanc, qu'on rigole plutôt que de pleurer...

Posté par sifi à 11:00 - Permalien [#]